Paris-Normandie recoupe les infos

Publié le par chasseurdeperles

Et le troisième papier, il est passé où ?

 

En ce mardi 9 août 2011, Paris-Normandie attend de pied ferme ceux qui oseraient mettre en doute le savoir-faire de ses remarquables équipes de professionnels de l'information.

N'est pas journaliste qui veut ! Une info n'atterrit pas comme ça dans les colonnes du journal, loin de là...

Prenons un exemple concret, dans l'édition rouennaise du jour. Une brève tragique, en page 4 :

 

Elle meurt noyée dans sa voiture en Seine

Un drame bizarre est survenu dimanche à Saint-Aubin-lès-Elbeuf. Vers 11 heures, des témoins ont vu, depuis le chemin de Halage, une Renault 19 en train de couler dans la Seine. Vision tragique car une femme était à bord du véhicule. La police et les pompiers furent appelés, mais ils ne parvinrent pas à localiser le véhicule qui avait coulé. Les gendarmes de la brigade fluviale du Grand-Quevilly furent appelés en renfort et , grâce à un sonar, ils ont pu localiser l'épave. Ce n'est finalement qu'en milieu de soirée que la voiture fut tirée des flots boueux par une entreprise privée et que le corps d'une femme, une Elbeuvienne âgée de 61 ans, fut retrouvé. Une enquête a été ouverte pour tenter de comprendre si ce décès est dû à un accident ou à un suicide, l'hypothèse criminelle semblant écartée.

 

Pas de coquille ? On pourrait presque croire que le métier commence à rentrer...

Hélas, hélas, un peu plus loin dans la même édition rouennaise de Paris-Normandie, en page 17 exactement, une nouvelle brève tragique montre bien que l'info peut difficilement être traitée à la légère par des amateurs, même sortis d'une grande école de journalisme :

 

Une voiture en Seine à
Saint-Aubin-lès-Elbeuf

D'importants moyens ont été mis en place dimanche 7 août, vers 11 h 40, pour extraire une personne prisonnière de son véhicule tombé dans la Seine.

Pour des raisons qui restent à déterminer par l'enquête en cours, la voiture a quitté la terre ferme pour finir dans le fleuve avec un seul passager à bord, dont ni l'âge ni le sexe n'ont été communiqués.

L'intervention s'est achevée peu après 15 h.

 

Rien de plus qu'une info du dimanche, soigneusement peaufinée par des professionnels pour les lecteurs du mardi...

 

Des amateurs ? Comment ça, des amateurs ?

 

 

Publié dans magistral

Commenter cet article