Paris-Normandie découvre des perles

Publié le par chasseurdeperles

Pour les coquilles, la voie est libre !

De l'humour dans un article de Paris-Normandie ? A propos de coquilles ? Non, vous ne rêvez pas. Chacun peut le lire dans le journal paru ce 27 février 2010, et ces quelques lignes infiniment drôles méritent d'être citées ici :

La joie des coquilles !
Les programmes de campagne ne sont pas épargnés par "les coquilles". Chez Europe Ecologie, en page 25, l'une des propositions consiste, dans le cadre de la rénovation des lycées, à "
réduire la consommation d'énergie de 64 à 120 Wh par mètre carré et par an". Bien entendu, il faut lire l'inverse, cela va de soi. Dans celui du FN, en page 2 à la rubrique "Chiffres noirs de la région", le parti frontiste constate que 14 % des habitants seraient concernés par "l'illétrisme". Commentaire amusé de l'entourage d'Alain Le Vern, le président PS sortant : "Pour une fois on est d'accord, il faut vraiment lutter contre l'illettrisme..."

Le plus élémentaire bon sens voudrait que Paris-Normandie ait mis en oeuvre le même jour, à titre exceptionnel, un dispositif à toute épreuve pour traquer et corriger la moindre coquille dans ses propres colonnes. Le lecteur est donc prié de fermer les yeux sur le reste de la page, car il pourrait y lire ceci, par exemple :

Ces jeunes pousses de la politique, s'ils sont obtiennent un siège, seront ainsi entraînées, préparés avec des élus plus expérimentés à la gestion d'une collectivité, pour ensuite, voler de leurs propres ailes, et peut-être faire une belle carrière. 

Quant à la page voisine, elle héberge tout naturellement une première perle montrant la voie aux suivantes :

"On m'a proposé de m'inscrire sur la liste (Europe Ecologie) et j'ai trouvé intéressant de continuer cette voix"...

Pas besoin d'aller loin pour trouver de quoi relever le niveau dans l'édition rouennaise du sublime quotidien normand :

La chaussée est boueuse et truffée de nids-de-poule, les bites d'amarrage, les murs sont recouverts de graffitis et les cadavres de bouteilles s'entassent sous les ponts.

Le lecteur le plus pieux s'arrêtera un peu plus loin, en effet :

Un voeu pieu, puisque sans puissance électorale (les communistes ont fait 5,72 % à Rouen en 2009) ?

Entre les bittes et le pieu, quand on lit Paris-Normandie, on trouve toujours de quoi s'amarrer...
 

Publié dans magistral

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article