Paris-Normandie ? Bonne pioche !

Publié le par chasseurdeperles

Choron devant !

 

Le professeur Choron picolait sec, lui aussi. Mais ce qu'il publiait n'était pas toujours aussi sérieux que les papiers dignes d'un grand quotidien comme Paris-Normandie, canard truffé de perles, certes, mais dont le but officiel n'est pas encore de déclencher l'hilarité de façon systématique.

Ce n'est pas l'entraînement qui manque à Paris-Normandie, en revanche, comme on peut le vérifier dans son édition rouennaise en ce 28 septembre 2010 :

 

L'exposition d'une cinquantaine de dessins originaux concoctés par la bande du professeur Choron (de son véritable Georges Bernier, papa de la comédienne) est annulée.

 

Evénement qui méritait mieux que son brillant traitement dans Paris-Normandie :

 

Evénement car les illustres illustrateurs du journal Bête et Méchant - "Si vous ne pouvez pas l'acheter, volez-le" - sont, un demi-siècle plus tard, d'honorables monuments de la (contre)-culture : le plus que trop puissant Roland Topor, le plus que trop sale Wuillemin, le très nul et trop con-venu Wolinsky.

 

A force de whisky, c'est vrai, on ne distingue plus la différence entre Vuillemin et Wolinski... Mais le meilleur est à venir :

 

Par contre les images du film, Choron derrière, d'Eric Martin et Pierre Carles (2009), et la table ronde sur le thème "L'humour décalé et la censure dans la presse des années 60 à nos jours" sont maintenus, ce samedi, le 2 octobre à la bibliothèque Saint-Sever.

 

Si en plus la table est ronde, elle aussi... 

Il est vrai que les valeureux cinéastes ne pouvaient manquer de montrer Choron et son derrière dans une des scènes, voire plusieurs : mais pour les amateurs, le titre définitif du film sorti en salles est Choron dernière plutôt que "Choron derrière"...

Paris-Normandie pouvait-il s'en tenir là ? Visiblement pas. Une des pubs du jour en témoigne en ce 28 septembre 2010 :

 

MARATHON MADS OF ROCK en partenariat avec Paris-Normandie AU CASINO DE FORGES LES EAUX

Les inscriptions seront clôturées le 31 Juillet 2010.

 

Hé ! Paris-Normandie ! Réveille-toi ! On est le 28 septembre 2010 et les inscriptions sont closes !

 

Le violon dans une main, l'archet dans l'autre, Paris-Normandie ne peut rater sa cible comme un malheureux archer mourant de soif dans le désert de Gobi :

 

La maquette de l'opéra L'homme qui s'efface, qui sera joué en mars, trône déjà dans son bureau. Alors que les couloirs du Théâtre des arts résonnent encore des voix et des coups d'archers des répétitions de Pelléas et Mélisande.

 

Il est bien connu que Robin des Bois a longtemps hésité entre un arc et le violon pour gagner sa vie...

 

On s'en tient là pour aujourd'hui ?

 

Publié dans magistral

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article