La réserve du patron

Publié le par chasseurdeperles

Encore un concours de circonstances ?

 

Le privilège de faire les lois, et donc de s'y opposer, ne devrait-il pas impliquer une forme de réserve ?

C'est la question que Paris-Normandie juge nécessaire de poser en ce 13 octobre 2010, quitte à malmener les règles de la syntaxe et les accords que l'on apprend théoriquement à respecter dès l'école primaire :

 

Le privilège de faire les lois, et donc de s'y opposer, que partagent les élus de la majorité comme de l'opposition, ne devraient-ils pas impliquer une forme de réserve ?

 

Prudent, Paris-Normandie l'annonçait en une le 12 octobre 2010 :

 

En raison du mouvement de grève national, suivi par une partie de nos salariés, votre journal n'a pas sa configuration habituelle.

 

La perle de rigueur était pourtant bien dans les colonnes du journal, accompagnée comme il se doit par les indispensables coquilles sans lesquelles le lecteur se sentirait tout désorienté :

 

L'orchestre symphonique du CHU de Rouen dirigé par Pierre Déchelotte, accompagne le violoncelliste Sébastien Hurtaud et la pianiste Pamela Hurtado pour un grand programme russe consacré à Rchaïkovsky.

 

Mais en attendant, deux hautboïstes de l'opéra de Rouen, Fabrice Rousson et Jérôme Laborde, ont fait raisonner leurs instruments fabriqués dans la PME historique de La Couture-Boussey. 

 

Pour raisonner, jusqu'à présent, il fallait au minimum un cerveau humain. 

Grâce au grand quotidien normand, c'est du passé : depuis des siècles, le hautbois résonnait ? Maintenant, Paris-Normandie le fait raisonner !

 

Heureusement, l'excellent canard local est incontestablement dans sa configuration habituelle en ce 13 octobre 2010 :

 

ENTRE 1,20 MILION ET 3,5 MIILIONS DE MANIFESTANTS DANS LES RUES

 

C'est la police, qui corrige les titres du journal ?

 

 

Publié dans magistral

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article