Et ce concours du Conservatoire ?

Publié le par chasseurdeperles

C'est raté... comme on dit dans Paris-Normandie !

 

Soutenus par une brillante organisation syndicale, les correcteurs de Paris-Normandie ont enfin conquis le droit de travailler les yeux fermés pour mieux se concentrer, en cas de nécessité. Le système a été testé, et il fonctionne.

Directement concernées, les perles et les coquilles du grand quotidien normand n'ont pas tardé à réagir, et font clairement savoir qu'elles n'ont pas l'intention de se laisser faire et de disparaître gentiment des colonnes d'un journal où elles ont leurs habitudes depuis tant d'années.

Dans l'édition rouennaise de Paris-Normandie en ce 26 octobre 2010, vous ne pouviez donc pas y échapper :

 

Morgane est aussi chargée de recopier les coups d'archers - indications pour manier l'archer données par le premier violon - sur les livrets à destination des cordes.

 

Pour aider le premier violon à manier l'archet, on peut toujours demander l'avis de Guillaume Tell à Paris-Normandie...

 

Comment ça, on ne peut plus joindre les correcteurs à Paris-Normandie ? Ils ont disparu dans la troisième dimension ?

 

 

Publié dans perles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article